mardi 13 décembre 2011

Les dirigeants d'entreprise redoutent de devenir les otages des technologies

Lundi 12 Décembre 2011
Selon le dernier rapport en date de l'Economist Intelligence Unit, rédigé avec le soutien de Ricoh, près d'un tiers (31 %) des chefs d'entreprise s'inquiète du fait que ce sont les nouvelles technologies, et non les besoins de leur entreprise, qui leur dicteront à l'avenir leurs orientations et leurs méthodes de gestion. Le constat est saisissant. Plus d'un tiers (37 %) d'entre eux pensent aussi qu'en 2020 leur entreprise ne sera pas en mesure de s'adapter aux nouvelles technologies, entraînant une perte considérable de leur avantage concurrentiel. Il est indéniable que la technologie et ses évolutions impacteront le monde professionnel. Les dirigeants identifient d’ailleurs les technologies comme l'une des trois tendances qui influenceront le plus le mode de fonctionnement des organisations au cours de la prochaine décennie.

Ce rapport met en lumière comment les dirigeants des entreprise paneuropéennes perçoivent l'impact des technologies sur leurs organisations et quelles sont les mesures qu'ils estiment perennes et pertinentes pour faire face. C'est pourquoi ils ne peuvent en aucun cas se rendre « prisonniers » de la technologie, estime David Mills, Executive Vice President, Operations, Ricoh Europe. Au contraire, " ils doivent correctement s’équiper et être conseillés afin de pouvoir en tirer tout le potentiel et pour mettre en place des processus opérationnels innovants qui les prépareront à affronter l'avenir. Ainsi, ces processus optimisés leur permettront de mieux répondre aux besoins de leur clientèle, de faciliter le partage des connaissances entre employés et de garantir que les structures de l'organisation sont flexibles et réactives ".

La majorité (70 %) des dirigeants à travers le monde s’accorde sur le fait que les entreprises peuvent encore réaliser d'importants bénéfices si elles se servent de la technologie pour améliorer l'efficacité de leur fonctionnement. Ils pensent également que les avancées technologiques permettront d'offrir un niveau inégalé de personnalisation des services et des produits grâce à une analyse plus fine des données.

Comment les dirigeants d’entreprise peuvent-ils s’assurer que les technologies répondent à leurs besoins ? Comment peuvent-ils garantir que leur fonctionnement soit suffisamment flexible et durable afin de conserver leur compétitivité à terme ?


Partir sur de bonnes bases

"
Il est primordial de commencer par analyser et étudier la circulation des informations sensibles échangées à travers l'entreprise, avant qu'elles ne deviennent des connaissances ou qu'elles ne représentent une valeur ajoutée ", poursuit David Mills. " Ces informations sont l'un des atouts les plus précieux des organisations, car elles leur confèrent leur avantage concurrentiel et définissent leurs objectifs. Afin de mener à bien leurs missions quotidiennes, les collaborateurs doivent pouvoir accéder aux informations dont ils ont besoin rapidement ".
C’est pourquoi les dirigeants doivent commencer par évaluer en interne les principaux processus liés aux informations. Souvent, ces processus incluent les transactions commerciales, les fiches de paie, l'envoi des factures et les processus d'engagement des clients.


Changer les habitudes pour identifier les dysfonctionnements

Une fois l’environnement documentaire analysé, il convient ensuite d’évaluer l'efficacité des processus fondamentaux en remettant en question les méthodes de travail existantes. Un tel audit permettra aux entreprises d'identifier les engorgements qui gênent leur réactivité. Ainsi, un client Ricoh du secteur public espagnol a redéfini la méthode de traitement des formulaires soumis chaque jour par les usagers de cette administration. Les processus ont été entièrement revus, un système de numérisation a été mis en place et un logiciel de gestion intégrée a été déployé. Le résultat ? Le temps consacré au traitement de ces demandes est passé de quelques jours à quelques minutes.


Se concentrer sur ses objectifs

L’environnement professionnel continuera à évoluer, c’est indéniable, conclut David Mills. Si les processus qui sont au cœur des entreprises sont optimisés et les résultats évalués de façon régulière, les organisations peuvent entièrement se consacrer à leurs objectifs opérationnels et les atteindre. Des audits réguliers visant à identifier de nouveaux axes d’amélioration doivent être inclus dans tout contrat de service conclu avec un tiers expert. En conséquence, ce sont les objectifs de l'entreprise qui détermineraient leurs processus de traitement des informations, et non uniquement la technologie, comme trop souvent constaté.

60% des dirigeants interrogés reconnaissent que les marchés et secteurs d’activité se seront significativement transformés d'ici à 2020 et auront peu en commun avec leur état actuel. À l'avenir, les organisations prospères sont assurément celles qui sauront s’adapter aux changements, celles qui exploiteront et optimiseront les avantages qu'offrent les technologies innovantes, le tout dans un seul objectif : pérenniser leurs infrastructures de traitement des informations et rester compétitives.

Plus d'informations, sur le site : http://thoughtleadership.ricoh-europe.com/fr

http://www.itchannel.info/articles/126464/dirigeants-entreprise-redoutent-devenir-otages-technologies.html?key=862d53eea2c1d2fe

Aucun commentaire:

Publier un commentaire