mardi 26 juin 2012

SFR pourrait licencier jusqu'à 1200 personnes

A lire sur:  http://www.zdnet.fr/actualites/sfr-pourrait-licencier-jusqu-a-1200-personnes-39773330.htm#EREC-103


SFR pourrait licencier jusqu'à 1200 personnesBusiness - Les syndicats de l'opérateur revoient leurs prévisions à la hausse. Vivendi, la maison mère, ne fait pas de commentaires.
On le sait, SFR a particulièrement été touché par la vague Free Mobile. Le groupe a perdu plus de 200 000 abonnés mobiles et a vu son chiffre d'affaires en 2011 baisser de 3%.
Par ailleurs, la baisse des tarifs consentie par l'opérateur combinée à la majoration de la TVA dans le secteur impliquent nécessairement des ajustements dans le domaine de l'emploi. 
Très vite, la direction de l'opérateur a indiqué plancher sur un "plan d'adaptation". Plan qui sera mené par Michel Combes, nouveau patron de SFR qui est connu comme un 'cost killer'.
Un plan d'économies à 1 milliard d'euros ?
Et la note pourrait être salée. Dans un premier temps, la CFDT tablait sur 500 suppressions de postes sur un effectif global de 10 000 salariés. Mais selon Le Journal du Dimanche, SFR chercherait à économiser un milliard d'euros ce qui selon les syndicats se traduira par un plan social (sous la forme de départs volontaires) de 1000 à 1200 postes.
L'annonce pourrait être faite le 3 juillet, selon l'hebdomadaire. Le plan toucherait principalement les services commerciaux, les boutiques et les centres d'appels tenus par des sous-traitants.
Vivendi, la maison mère, ne fait pas de commentaires et indique qu'elle "communiquera en temps utile sur ses projets et sur les nécessaires évolutions du groupe".
Selon les observateurs, l'arrivée de Free Mobile pourrait provoquer la suppression dans le secteur des télécoms de 10 000 à 70 000 emplois. Une vision rejetée par Xavier Niel, patron de l'opérateur.
Dans une tribune publiée par Les Echos, le milliardaire explique : l'emploi "baisse depuis des années dans notre secteur, passant de 156.000 postes en 1998 à 124.000 en 2009, année où il s'est stabilisé. Depuis, le secteur connaît une légère croissance. Effet de la quatrième licence ? L'installation de centres d'appels offshore sous-traités a commencé il y a bien longtemps, du temps de l'oligopole soucieux de sa rente. Ce n'est donc en rien un effet de la récente concurrence".

"La distribution physique s'est également trouvée exsangue du fait du développement des réseaux de boutiques propriétaires développés ces dernières années par les opérateurs et captant jusqu'à 70 % du volume d'affaires. Pour cette raison, plusieurs des grands réseaux indépendants ont apporté leur soutien écrit à notre candidature. Affirmer aujourd'hui que Free Mobile met à mal les boutiques indépendantes témoigne d'un problème de mémoire ou de compréhension".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire