lundi 2 juillet 2012

Osiatis s'apprête à prendre le contrôle d'ESR Groupe

A lire sur:  http://www.itchannel.info/articles/133822/osiatis-apprete-prendre-controle-esr-groupe.html?key=862d53eea2c1d2fe

Dimanche 1 Juillet 2012
Osiatis et ESR ont engagé des négociations exclusives en vue du rapprochement des deux Groupes. L’opération envisagée comporterait, après approbation des actionnaires d’ESR, la souscription par Osiatis à une augmentation de capital d’un montant de trois millions d’euros qui lui serait réservée, suivie d’une offre publique, initiée par Osiatis, portant sur la totalité des actions existantes d’ESR. La conclusion d’un accord définitif est soumise à la levée de conditions suspensives dont les principales sont un audit confirmatoire et l’accord de certains créanciers d’ESR, et sera précédée des procédures requises auprès des instances représentatives du personnel concernées d’Osiatis et d’ESR. L’opération permettrait de constituer un groupe solidement implanté sur l’ensemble des secteurs de clientèle et actif dans tous les domaines des services aux infrastructures informatiques et réseaux.

La réalisation de l’opération serait enfin soumise aux conditions usuelles à ce type d’opération, dont les autorisations requises auprès des autorités compétentes. L’augmentation de capital d’ESR réservée à Osiatis se ferait par l’émission de six millions d’actions nouvelles ESR au prix de 0,50€ par action, conduisant Osiatis à détenir à l’issue de l’opération environ 55% du capital et des droits de vote d’ESR. Dans un deuxième temps, l’offre publique sur ESR, initiée par Osiatis, offrirait aux actionnaires d’ESR la possibilité d’apporter leurs actions en contrepartie d’espèces, sur la base d’1,50€ par action ESR apportée, ou d’une offre mixte d’espèces et d’actions Osiatis sur la base de 25 actions ESR en contrepartie de 9,5€ en espèces et 4 actions Osiatis.

Jean-Guy Barboteau, actuel président-directeur général d’ESR, qui détient environ 47% du capital et 63% des droits de vote d'ESR, serait partie aux accords. Il s'engagerait à approuver l'augmentation de capital réservée et à transférer à Osiatis la totalité de sa participation dans ESR, représentant - à l'issue de cette augmentation de capital et de l'apport de la totalité de sa participation dans ESR à un holding qu’il contrôle à 100% - environ 21% du capital et des droits de vote d’ESR. Ce transfert se ferait, à l'option d'Osiatis, soit par apport à la branche mixte de l'offre publique, soit par cession et apport en nature de blocs, selon des proportions et des conditions identiques à celles de la branche mixte de l'offre publique. Jean-Guy Barboteau resterait président-directeur général d’ESR et serait à ce titre étroitement associé au management d'Osiatis.


Après un exercice 2010 maussade, ESR Groupe a redressé la barre en 2011 et renoué avec les bénéfices. Mais ce n'est pas encore tout à fait suffisant.

Pour son exercice 2011, ESR Groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 64,4 millions d'euros (+3,8% par rapport à 2010) et a réussi à dégager 1,7 million d'euros de bénéfices. Rappelons que sur l'exercice 2010, le résultat net part du groupe était déficitaire de 3,2 millions d'euros. "Après un premier semestre au cours duquel les facturations se sont accrues de 3,7%, la progression a été moindre au troisième trimestre alors que la fin d'année a été marquée par une croissance atteignant 6,4%" précise le groupe. Une performance due également au bon niveau d'activité en régions et à la filiale ESR Consulting.

ESR Groupe précise toutefois que malgré une capacité d'autofinancement supérieure à 1 million d'euros, il n'est pas parvenu à desserrer l'étau d'un bilan déséquilibré dont le fragile équilibre repose sur un encours d'affacturage. Les négociations engagées avec Osiatis en vue d’un rapprochement devraient se traduire par une augmentation de capital de 3 millions d'euros (réservée à Osiatis). Ce qui permettraient à ESR de clôturer ses comptes 2011 "en levant les incertitudes sur sa continuité d’exploitation, et faire face à ses échéances de trésorerie".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire